Accueil » Category Blog » « Construire une nouvelle manière de faire de la politique »
 
« Construire une nouvelle manière de faire de la politique » PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Robert Rochefort vice-président du Modem   
Samedi, 15 Mars 2014 15:38

Robert Rochefort 

Au micro de RFI, le 11 mars dans Mardi Politique, Robert Rochefort a pu donner son sentiment sur le climat politique actuel suite aux révélations faites ces derniers jours. Le député européen a aussi pu nous faire part de son inquiétude quant à la situation en Crimée

tout en rappelant l’importance des élections européennes de mai prochain.

 

 A propos des révélations concernant les écoutes téléphoniques : « Pour être honnête avec vous, je ne m’y attendais pas et je trouve tout cela repoussant » a jugé Robert Rochefort. « Je me mets à la place des électeurs et je me dis que ce n’est pas avec des feuilletons médiatiques comme cela que l’on va réconcilier les Français avec la politique. Par ailleurs, je trouve qu’on a perdu le sens de la mesure de tous les côtés.  Fallait-il des écoutes téléphoniques aussi longues ? On a utilisé un motif pour les mettre en place et en réalité on récupère des informations à propos d’une autre affaire. Cela doit il être sur la place publique ? » s'est interrogé Robert Rochefort.

 

« Le premier ministre, en disant qu’il refuse d’alimenter la polémique politicienne a, en réalité, obtenu l’effet inverse. Il remet de l’huile sur le feu, ceci est insupportable ! Il est clair qu’à quelques semaines des élections, les grands gagnants sont tous les populistes, Marine le Pen la première » a estimé Robert Rochefort. 


« Des écoutes oui mais sans aller dans l’excès. Je vous mets au défi de ne pas trouver chez tous les ministres actuels, des expressions excessives qui, sorties de leur contexte, pourraient donner l’impression que les politiques manquent de mesure.  On lit dans les journaux des informations qui ne devraient pas y figurer » a rajouté le vice président du MoDem. 

 « Je ne vois pas comment Mme Taubira ou Mr Valls pouvaient ne pas avoir eu un résumé des enregistrements. C’est en ce sens que j’estime que le système fonctionne aujourd’hui comme il fonctionnait hier avec un jeu de rôle fait de beaucoup d’hypocrisie avec des ministres qui font semblant de ne pas être au courant des écoutes. La démocratie n’y gagne pas, j’en appelle à des mœurs différentes » a poursuivi Robert Rochefort. 

« L’effet boomerang de l’affaire Buisson est particulièrement violent et fait le jeu de Marine le Pen » selon lui. « Il est fondamental que la politique se fasse autrement en mettant ces pratiques derrière nous si l’on veut reconstruire le lien entre les hommes politiques et les Français » a jugé Robert Rochefort. 

« La classe politique doit exercer le pouvoir différemment. L’opposition et la majorité doivent arrêter d’effectuer des tirs dérivés à droite et à gauche pour occuper l’opinion à coup d’éléments de langage et de menaces. Tout ceci est une vaste orchestration de la réalité, indigne pour notre  pays, alors même que la société française va très mal » a estimé le député européen. 

Interrogé sur la situation en Ukraine et plus particulièrement en Crimée, le vice-président du MoDem a jugé que « la situation est particulièrement grave. Le référendum organisé en Crimée dans les jours qui viennent ne sera pas totalement transparent, les connexions aériennes avec le reste du pays sont coupées, tout cela est extrêmement préoccupant. Le ministre des affaires étrangères a été à la hauteur mais cela ne remplace pas une Europe qui devrait parler d’une seule voix pour établir un dialogue efficace avec l’Ukraine et la Russie ».  

Enfin, l’enjeu des élections européennes à venir est, selon Robert Rochefort, « d’en finir avec cette Europe où chaque pays défend ses intérêts de façon égoïste pour passer à une situation où chaque pays accepte de travailler ensemble, de parler d’une seule voix avec un président élu le plus vite possible au suffrage universel et un vrai ministre des affaires étrangères qui soit capable de parler au nom des citoyens européens, c’est ça le chantier qui est devant nous pour les cinq années à venir » a conclu le vice président du MoDem. 

 

Mise à jour le Dimanche, 21 Décembre 2014 19:10