Accueil
 
Exercice de calcul mental PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Délégué départemental Modem12   
Dimanche, 25 Mars 2012 15:37

Nous sommes début 2011, dans un pays imaginaire où tous les contribuables reçoivent au moment de déclarer leur revenu une synthèse du budget prévisionnel de l'année.

Dépenses prévues : 360
Recettes prévues : 270
Déficit prévue   : 90

1- De combien, en pourcentage, faudrait-il réduire les Dépenses pour ne pas avoir de Déficit ?
2- De combien, en pourcentage, faudrait-il augmenter les Recettes pour ne pas avoir de Déficit ?
Réponses dans la "brève de tractage" dialogue entre Jean-Luc et Innocent

Pour mémoire, concernant notre famille France, sur le document du Ministère du Budget, des Comptes Publics, de la Fonction Publique et de la réforme de l'Etat (je sais, c'est long, mais à l'époque, le ministre avait encore du temps pour être en plus porte-parole du gouvernement) pour le Budget 2011

Dépenses prévues 363,4 milliards d'euros (dont 45,4 - soit 12,5% - pour les charges de la dette existante au 1er janvier 2010)
Recettes prévues 271,8 milliards d'euros
Déficit (là l'unité n'était pas notée, mais il s'agissait bien de milliards d'euros) 91,6
Le réalisé recettes, dépenses et déficit officiel devrait être disponibles sous peu. Mais il est déjà certains que le déficit sera proche de 100 milliards.

Au sujet de la dette, voici une "brève de tractage" (*) Cliquez ci dessous sur "Lire la brève de tractage"


Jean-Luc : Ceux qui nous parlent de la dette c'est pour nous faire peur.

Innocent : Tu crois ? Les Grecs, ils n'ont pas peur, ils ont atteint le pire-et ils galèrent.

Jean-Luc : Foutaise ! C'étaient de mauvais socialistes qui étaient aux affaires.

Innocent : C'est vrai, en France, nous n'en avons que des bons, et il se dit qu'ils reviendraient d'ici peu.

Jean-Luc : Je t'explique. C'est simple. La dette représente environ 87% du PIB et correspond à des emprunts sur environ 7 ans. Donc la situation n'est pas grave puisque cela revient à être dans la situation d'un ménage qui serait endetté à hauteur de 12,5% (87/7) de ses revenus annuels. Tu n'aurais pas envie toi de ne dépenser que 12,5% de ton salaire pour rembourser tes emprunts ?

Innocent : Ben ! Si ! Mais, ne te fâche pas, je sais que tu aimes bien crier. Oui, mais pas si mes emprunts ne servaient qu'aux dépenses courantes : électricité, chauffage, carburant, santé, nourriture, ... et pas à l'achat de biens durables. Mais je croyais que nous, la France, nous empruntions chaque année, même pour payer les intérêts de la dette, puisque à la fin de chaque année nous devons plus d'argent qu'à la fin de l'année précédente. Ce n'est pas bon pour un ménage même sur peu d'années, alors pour l'Etat sur plusieurs décennies ? (ndlr Cliquez ICI pour en savoir plus)

Jean-Luc : Ecoute, en 2011 le déficit ne sera que d'environ 5,5% du PIB. 5,5% c’est rien.

Innocent : Mais, Jean-Luc, c'est quoi ce truc le pourcentage de PIB. C'est encore un truc d’énarque (ndlr Cliquez ICI pour en savoir plus et revoir ICI - parfois la courbe %PIB baisse mais la dette augmente toujours). Moi ce que je vois, car j'ai fait l'exercice "calcul mental", c'est qu'en 2001 il aurait fallu réduire nos dépenses de 25% ou augmenter nos recettes de 33,33% pour ne pas augmenter notre dette. Je ne parle même pas de commencer à la rembourser. La dette, nous ne pourrons la payer qu'avec les dépenses de l'Etat, donc avec les recettes. Pas avec le PIB. Et puis le fait d'avoir à payer des intérêts de dette (sans parler du capital) nous enlève autant d'argent que nous ne pouvons pas utiliser afin de répondre à nos vrais besoins. Ton pourcentage du PIB ne sert qu'aux financiers pour savoir si la situation est saine, grave, très grave ou pire comme en Grèce. Moi ce qui compte, c'est combien l'Etat va me demander de payer et comment tout cet argent va être utilisé. Moi ce qui compte ce sont mes parents, auront-ils leur retraite payée ? mes enfants, pourront-ils étudier à l'université sans s'endetter ? mon neveu trouvera-t-il enfin du travail ?, mes voisins vont-ils devoir quitter la région pour faire soigner leur enfant ? et je ne te parle même des soucis de certains de mes amis, ni des miens. C'est quand même grave, quel qui soit le président, il va devoir payer des milliards de dettes. Enfin quand je dis "il", c'est "nous".

Jean-Luc : N'ai pas peur. De toute façon, la dette on peut refuser de la payer. On s'en fout, ont est la France, pourquoi payer nos créanciers (ndlr : pour être clair, ceux à qui nous devons de l'argent) qui sont environ à 66% étrangers (ndlr Cliquez ICI pour en savoir plus).

Innocent : Une fois annoncé qu'on ne paye plus, puisque nous avons besoin d'emprunter pour payer nos frais de fonctionnements, avant même de penser à investir, qui va vouloir encore nous prêter des milliards pour payer les écoles, les hôpitaux, la solidarité, ... ?

Jean-Luc : Réfléchis pas trop. Allez, viens, du côté de La Bastille, j’ai rendez vous avec des amis et dans le coin j’ai mes habitudes dans un troquet où ils servent un petit rouge que tu ne regrettera pas. C'est comme la dette, c'est gratuit. Je t'invite.


(*) Ceci n'est qu'une pure fiction.