Alter égaux (pas que le 8 mars) Imprimer
Écrit par Délégué départemental MoDem12   
Jeudi, 08 Mars 2012 07:44

 

J'avais mis ce billet en ligne  le 7 mars 2010. Il est toujours d'actualité ce matin 8 mars 2012.

 Alter égaux - Clémentine Auatin - Ed. R Laffont

 Demain, 8 mars, c'est la journée internationale de la femme.

Ce matin, dans ma bibliothèque j’ai repris le livre « Alter égaux » (Ed. R. Laffont) de Clémentine Autain. En début de 1er partie, une citation : « Je n’ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c’est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus que je sois confondue avec un paillasson » (Rebecca west, 1913)

Bien sur beaucoup de choses ont changé depuis 1913. Et pourtant il est nécessaire d’avoir une journée internationale de la femme.
Bien sur tout n’est pas au même niveau entre les violences physiques ou morales, l’évolution dans le monde du travail et le partage des tâches par exemples.
Bien sur la problématique est différente selon les niveaux de développement des pays, selon les religions, les cultures, …  Mais il me semble qu’il y a une dominante « internationale », aucune nation n’envisagerait une journée nationale de l’homme.

Mais je n’oublie pas, d’où l’importance de « égaux » dans la démarche de Clémentine Autain, les difficultés rencontrées par les pères divorcés, les cas de violences conjugales dont l’homme est victime, les hommes qui  partent pour travailler clandestinement à l’étranger afin d’envoyer à leurs familles de quoi survivre, …

Ceux qui connaissent Clémentine Autain vont peut être penser que j’ai viré à gauche rouge. Ce n’est pas le cas, même si comme elle « Le temps de cerises » ("emblème" de son site perso) n’est certainement pas étranger à mon engagement en politique.

J’ai lu ce livre au moment de sa sortie (2001, je ne sais pas s’il est encore disponible en librairie). Outre quelques anecdotes (le tarif chez le coiffeur entre autres), le souvenir que j’en ai gardé est que je me suis senti moins stupide après. Critère suffisant pour vous en recommander la lecture.

Encore quelques mots car, en cette période de campagne électorale, je ne résiste pas à transcrire une autre citation de ce livre : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens volontaires et réfléchis peut changer le monde ; en fait, cela se passe toujours ainsi » (Margaret Mead).
Clémentine Autain concluait « A prendre au sérieux, sans se prendre au sérieux ».