Accueil » Accueil

Mouvement Démocrate (National)


Warning: file_put_contents() failed to open stream: Permission denied in /home/modemhv/www/libraries/joomla/utilities/compat/php50x.php on line 66

Warning: /home/modemhv/www/cache/0806e729f710df6f62607972a1c17510.spc is not writeable in /home/modemhv/www/libraries/simplepie/simplepie.php on line 1511

Warning: file_put_contents() failed to open stream: Permission denied in /home/modemhv/www/libraries/joomla/utilities/compat/php50x.php on line 66

Warning: /home/modemhv/www/cache/72f2d30fb03e709d0d97a62b03773cd5.spc is not writeable in /home/modemhv/www/libraries/simplepie/simplepie.php on line 1623

Warning: file_put_contents() failed to open stream: Permission denied in /home/modemhv/www/libraries/joomla/utilities/compat/php50x.php on line 66

Warning: /home/modemhv/www/cache/72f2d30fb03e709d0d97a62b03773cd5.spc is not writeable in /home/modemhv/www/libraries/simplepie/simplepie.php on line 1623

Connexion




 
Per la lenga occitana e las autras PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Comite de soutien Aveyron Bayrou 2012   
Vendredi, 30 Mars 2012 10:24

Badge vedette du meeting François Bayrou à Toulouse le 10 mars

François BAYROU marque fortement son soutien aux langues et cultures régionales.

Lors de son meeting à Toulouse le 10 mars, 2012, François Bayrou a rappelé son combat permanent non seulement pour le pluralisme de la vie politique mais aussi pour le pluralisme culturel en affirmant « nous avons le devoir de faire en sorte que la culture aussi devienne pluraliste. Les langues régionales doivent être reconnues à leur juste place, celle de la richesse nationale !(…) nous devons en aucun cas la voir déchirer par les jacobins de tous poils ! »

En ponctuant son discours d’une intervention en béarnais, il est le seul candidat à porter un soutien aussi fort, et aussi sincère à une cause chère à notre territoire, à notre patrimoine et à notre avenir commun.

François Bayrou pòrta tot son sosten a las lengas e a las culturas regionalas.
Pendent son amassada a Tolosa lo 10 de març de 2012, François Bayrou tornèt dire sa lucha de longa pel pluralisme, per la diversitat de la vida politica, mas tanben per la diversitat culturala en disent " avèm lo dever de far que la cultura venga pluralista. Las lengas regionalas devon èsser reconegudas a lor plaça vertadièra, la de la riquesa nacionala ! (...) la  devèm pas veire estrifada, espotida pels jacobins de tota mena !"
Amb una intervencion en bearnés dins son discors, es lo sol candidat qu'aja portat un sosten tan fòrt e tan vertadièr a aquela causa cara pel nòstre païs, pel nòtre patrimòni, pel nòstre avenidor comun.
 
Au Zénith, le 25 mars François Bayrou a été très concret  : "Je défendrai les cultures et les traditions régionales et locales. Je ferai adopter par la France la charte des langues et cultures régionales, qui sont pour notre pays une partie de son trésor national.".
 
 
L'extrait de la vidéo du meeting de Toulouse (4'45) (ou Cliquez ICI pour lire le texte de l'extrait en français et en occitan)
 

François Bayrou défend les langues régionales à... par bayrou
 
En savoir plus
 

Texte de l'extrait vidéo du meeting de Toulouse

J'ajoute, puisque je vois des drapeaux occitans… catalans… mais vous savez, si vous observez attentivement les choses, vous verrez que le jaune et le rouge sont les couleurs de tous les drapeaux de toutes les régions qui composent le grand ensemble pyrénéen et le grand ensemble occitan.
C'est le drapeau du Béarn, c'est le drapeau de l'Occitanie, c'est le drapeau catalan …oui la Bigorre aussi mais je ne connais pas le drapeau de la Bigorre… mais je suis absolument certain qu'il y a du jaune et du rouge partout. Et vous aurez observé, et ceci expliquera peut-être des choix anciens, que quand on mélange du jaune et du rouge, cela fait de l'orange ! Et ceux qui me connaissent sauront que ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard…
Eh bien je veux dire que nous avons, dans le projet de société que nous allons porter, le devoir de faire en sorte que la culture, elle aussi, devienne pluraliste, que les langues régionales de France soient reconnues à leur juste place qui est la place d'une richesse nationale, pas la place d'une faiblesse nationale comme Nicolas Sarkozy l'a défini dans un discours qui était un discours, en réalité de stigmatisation de nos langues et de nos cultures !
Je veux que l'on sache qu'en France on peut parler et transmettre parfaitement bien le français, et en même temps parler et transmettre parfaitement bien les langues qui sont les langues de notre patrimoine culturel !
Et, puisque je suis sur une tribune occitane, alors je vais reprendre ce que je disais lors du « Proclam de Pau », tout jeune ministre de l'Éducation nationale :
« Qu'ei fenit lo temps de la  vergonha e que comença lo temps de la fiertat ! ». Qu'èm Occitans e Bearnés, e Bigordans, e Catalans, e Bretons, e Bascos. Pra'mor que i a Bascos tanben. E qu’avem l'intencion de continuar a parlar la lenga nosta. Qu'ei la nosta lenga e qu'avem tanben a la transméter, a la balhar aus dròlles qui son d'aquí ! « Ô mon pais, Tolosa ! »
comme chantait Nougaro ! Ce sont nos richesses et je n'ai qu'un souhait : c'est que nos enfants et petits-enfants, les parlent un jour mieux que nous ne les parlons nous-mêmes.

Les phrases que je disais en béarnais, cela voulait dire : il est fini le temps de la honte et il a commencé le temps de la fierté ! Et ce pluralisme-là, le pluralisme culturel de notre pays, c'est aussi une richesse que nous ne devons en aucun cas accepter de voir déchirée par les jacobins de tout poil.
 
Ajusti, coma vesi de bandièiras ( de drapèus ) occitanas... catalanas   mas coma o sabètz, se agachatz plan las causas, veiretz que lo jaune e lo roge son las colors de totas las bandièiras de totas las regions que compausan lo païs pirenenc e lo païs occitan.
Aquò's la bandièira del Bearn, aquò's la bandièira occitana, aquò's la bandièira catalana... òc la Bigòrra tanben, mais coneissi pas la bandièira de la Bigòrra ... mas soi segur que i a de jaune e de roge pertot. E sabètz, e aquò explica benlèu de causidas passadas, que lo mescladís del jaune e del roge, aquò balha d'irange ! E los que me coneisson saupràn que benlèu s'agís pas d'un azard.
Vòli dire qu'avèm lo dever, dins lo projècte de societat qu'anam portar de far que la cultura se faga pluralista, que las lengas regionalas sián reconegudas coma o cal, coma una riqueza nacionala, pas coma o faguèt Nicolas Sarkosy dins una de sas parladissa qu'èra una estigmatizacion, una condemnacion de las nòstras lengas, de las nòstras culturas !
Vòli que lo mond sàpian qu'en França se pòt parlar e far passar lo francés, de segur, mas dins lo meteis temps se pòt parlar e far passar , de segur tanben, las lengas que son las del nòstre patrimòni cultural !
E coma soi aquí sus una tribuna occitan, alara vau tornar dire çò que disiái al "Proclam de Pau" quand èri ministre de l'Educacion Nacionala : « Qu'ei fenit lo temps de la  vergonha e que comença lo temps de la fiertat ! ». Qu'èm Occitans e Bearnés, e Bigordans, e Catalans, e Bretons, e Bascos. Pra'mor que i a Bascos tanben. E qu’avem l'intencion de continuar a parlar la lenga nosta. Qu'ei la nosta lenga e qu'avem tanben a la transméter, a la balhar aus dròlles qui son d'aquí ! « Ô mon pais, Tolosa ! » coma cantava Nougaro ! Son las nòstras riquezas e ai pas qu'un vòt, pas qu'un desir, que nòstres enfants e pichons enfants lo parlen un jorn d'un biais plan melhor que nosautres o fasèm uèi.
Las frasas que disiái en bearnés, aquò voliá dire : es acabat lo temps de la vergonha, e es vengut lo temps de la fiertat ! Aquela diversitat, la diversitat culturala de nòstre païs, es tanben una riqueza que devèm pas daissar estrifar, espotir, per de jacobins de tota mena.

 

 

Mise à jour le Dimanche, 08 Avril 2012 18:14
 

Commentaires 

 
0 #1 Pensée du côté de Naucelle (Crespin) — (par Claude) 30-03-2012 11:39
"Las causas son coma las creses. D'unes caminan sus la mar per eles i a pas de mar ..." (Joan Bodon)
Citation à méditer par les candidats qui distribuent les promesses qu'ils ne pourront pas tenir et aussi par ceux qui ne peuvent s'empêcher de les croire.
(Pour les non initiés : Les choses sont comme on les croit. Certains marchent sur l'eau, pour eux il n'y a pas de mer ...)