Accueil » Témoignages » Nous avons rendez-vous avec l’histoire
 
Nous avons rendez-vous avec l’histoire PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Michel LASSALLE   
Mercredi, 11 Avril 2012 08:37
La France est le dos au mur minée par ses dettes, ses déficits de fonctionnement, l’effondrement de son commerce extérieur, l’asséchement de son tissus industriel et agricole, le déclin de son école et de ses services publics.

Les français sont assommés par leurs difficultés, la peur de l’avenir et pourtant comme à chaque fois dans son histoire au moment important un homme qui croit malgré tout dans son pays armé d’une volonté inébranlable de redressement va réveiller le peuple français pour le conduire au redressement et à un nouvel essor.

La France doit décider de son déclin où de son redressement le 22 avril 2012, moment clé de son histoire.

Nicolas SARKOZY exploite les peurs pour garder le pouvoir, François HOLLANDE exploite le rejet de SARKOZY pour prendre le pouvoir par habileté et exploitation du réseau de son parti et de ses élus. Ses deux propositions sont des choix par défaut qui sont les symboles du bipartisme, système inadapté aux heures importantes de notre histoire.

Marine Le PEN et Jean Luc MELENCHON exploitent le rejet du système sans vouloir assurer le service après-vente.

François BAYROU est le premier à avoir dénoncé la dette, le seul à s’être opposé à la privatisation des autoroutes, le seul à s’être libéré des partis de possédants qui détiennent soit le pouvoir central, soit les collectivités locales.

Cette indépendance sera un atout pour réunir le pays. La France ne se redressera que si elle est unie et non camp contre camp (syndicat contre patronat, enseignants contre parents d’élèves, gauche contre droite).

Seul un homme armé d’une volonté inébranlable accompagné des meilleurs spécialistes relèvera ces défis. Chose méconnue du grand public François BAYROU est entouré d’excellents spécialistes dans chacun des domaines.

Le 22 avril 2012 nous avons rendez-vous avec l’histoire, prenons notre destin entre nos mains, votons François BAYROU